Edito de la directrice

Toutes les visites sont actuellement suspendus. Merci de votre compréhension
Madame Isabelle GERARD

Etre directrice d’EHPAD aujourd’hui, alors que l’image des Maisons de Retraite a été beaucoup dévalorisée, engage à porter les valeurs de respect, d’accompagnement des personnes âgées en situation de perte d’autonomie et de grand âge.

Le parcours d’une famille quand son parent doit être confié à une institution doit être confronté d’abord à un manque de place, mais aussi au coût en établissement public, qui  atteint en moyenne près de 1900 euros/mois  (ne parlons pas des EHPAD lucratifs se situant au minimum à 3000 euros/mois), avec bien sûr la culpabilité que la personne âgée ne puisse plus vivre à domicile.

Et pourtant, il est bien souvent très courageux mais aussi très responsable d’amener la personne âgée au choix de l’EHPAD, puisque de plus en plus souvent, une hospitalisation et l’insécurité qui peut en découler sera le facteur déclenchant.

Alors bien sûr, les EHPAD manquent de moyens en personnel, mais le poids de ces coûts ne peut être porté dans le reste à charge pour le résident, ce qui est aussi le cas pour partie dans le mode de financement actuel.

 Et la vie institutionnelle, le formidable engagement des professionnels, leur don de soi, sont autant de richesses qui portent les valeurs que défend le service public avec sa mission d’accueillir aussi les plus fragiles et les plus démunis.

La responsabilité d’être  directrice d’EHPAD, c’est d’assurer la meilleure prise en charge de qualité avec des offres de service comme l’établissement de Saint-Romain de Colbosc le propose,  auprès des services à domicile comme le portage des repas, le service des soins à domicile, la coordination avec les médecins libéraux et la Maison de Santé Pluridisciplinaire, une équipe rééducative en plus de l’équipe de soin pluridisciplinaire (psychologue, ergothérapeute, orthophoniste, psychomotricienne, diététicienne, kinésithérapeutes).

L’EHPAD s’efforce de respecter la place des aidants en les associant dans les  projets de vie individualisés. Mais aussi, l’EHPAD a un rôle social en accueillant des jeunes en service civique pendant 8 mois, en leur ouvrant une expérience professionnelle qui a vu naître des vocations.

Le problème des financements des EHPAD ne pourra trouver qu’une réponse nationale et ne peut être seulement subordonnée à des évaluations comme le GIR dont dépend l’APA, et la grille PATHOS dont dépend le financement des soins – car plus le résident est malade, plus vous obtenez des financements, alors que notre mission est de prendre soin…

Malgré ces enjeux majeurs, l’EHPAD public comme à Saint-Romain de Colbosc et bien d’autres, remplit ses missions avec bienveillance et empathie, dans le respect des valeurs et de l’éthique.

Osez partager avec nous cette confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *